SCOT

SCOT

SCOT : Réunion du 26 septembre du SYBARVAL

J’étais présente à cette réunion publique !

Objet de la réunion de présentation du futur SCOT :  phase de concertation (cf. schéma ci-dessous), salle Brémontier à Arès

Le SYBARVAL réunit les trois intercommunalités à savoir COBAN, COBAS et communauté de communes du Val de l’Eyre.

Jean-Guy PERRIERE, Maire d’ARES ex-président du SYBARVAL et Cédric PAIN, maire de MIOS et vice-président ont animé la séance.

Cabinets d’études présents : CITADIA, OXAO, ADAMAS, NEORAMA

  • Qu’est-ce que le SCOT ?

Un Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) est un document de planification et d’urbanisme qui définit les grandes orientations d’aménagement pour un territoire donné, et pour le long terme (réflexion pour les 15 à 20 ans à venir). Le SCOT est un document vivant, sa pertinence permet d’envisager la qualité de vie sur le territoire dans 15 à 20 ans.

 Le SCOT assure la cohérence des politiques publiques d’urbanisme. C’est un document qui définit l’équilibre entre protection et développement. Son contenu précis est défini par le code de l’urbanisme. Il aborde notamment les thèmes de l’habitat, du développement économique, touristique, commercial, des déplacements, de la préservation de l’agriculture, des paysages, des corridors biologiques….

  • Calendrier d’élaboration du document
  • Pourquoi réfléchit-on aujourd’hui sur le Scot ?

Annulé le 18 juin 2015 par le Tribunal Administratif de Bordeaux, confirmé en appel le 28 décembre 2017.

Motif : non-respect du principe d’équilibre entre les nécessités de l’urbanisation et la préservation des espaces naturelles.

Il faut prévoir l’application du SCOT en 2022 voire 2023

  • Commentaires de Véronique DEBOVE

Les différents reproches que l’on peut faire sur cette phase obligatoire sont dus soit à un manque de compréhension des différentes phases de l’élaboration du SCOT, soit à un débat de positionnement politique aux vues des élections municipales. Je ne me situe ni dans l’un, ni dans l’autre.

D’une part les cabinets d’études ont tous expliqué qu’ils leurs manquaient des données qui étaient pour beaucoup encore à venir et encore une fois nous sommes en phase de concertation.

Toutefois, au regard des éléments de refus cités plus haut sur l’annulation du document en 2015, des déséquilibres apparaissant entre les trois communautés de communes en terme de répartition d’offres diverses, et dans la perspective d’une croissance chiffrée à 500 000 personnes de plus sur la Nouvelle-Aquitaine  à l’horizon 2030 (données rapportées par Jean-Guy Perrière car avancées par la préfecture de région), il serait intéressant de réfléchir sur les possibilités pour répartir cette population et non l’inverse. Cet aspect en l’état de la présentation nous apparait très déséquilibré et non commenté.

Les données de transition écologique et énergétique ou de leviers pour harmoniser la préservation de l’environnement étant peu évoquées, nous attendons la suite de l’élaboration de ce SCOT.

Il n’est en l’état pas un document vivant, c’est un état des lieux non achevé qui interroge.

  • Les enjeux qui me semblent majeurs pour notre commune

Élaborer des choix durables en ce qui concerne la prise en compte de l’évolution de la population et des besoins en espace afin de la loger et de la faire vivre

La définition de principes pour permettre une mobilité active de la population sur le territoire

Calibrer les besoins en infrastructures en terme de gestions des déchets, des eaux usées et de pluie.

Envisager le développement économique correspondant aux besoins de la population, le tout en maîtrisant les enjeux environnementaux en termes de protection de la biodiversité, des espaces verts et de la forêt, de la qualité de l’air et de la qualité de l’eau tout en participant aux efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Agissons pour Ambition Lège-Cap-Ferret !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *